« Belle soirée ! Je retiens qu’il est nécessaire de coordonner tous les dispositifs, ceux de Pôle emploi et ceux des organisations professionnelles, pour les porter à la connaissance des chefs d’entreprise », témoigne Josette Marrant, qui a dirigé la Chambre d’agriculture de Dordogne. « Des échanges intéressants qui ont le mérite d’exister », selon Aurore Labrousse, chargée d’entreprise à la Fédération française du bâtiment.

Le bilan est très positif pour ce deuxième atelier que j’ai souhaité consacrer au monde économique de Dordogne. Le premier, le 1erdécembre 2017, avait évoqué les pistes offertes par l’exportation pour les PME de Dordogne, et la responsabilité sociétale qu’intègrent de nombreuses entreprises à leur fonctionnement, conjuguant production de richesses et préoccupations sociales, écologiques…

Une quarantaine de participants ont répondu à mon invitation.

Ce deuxième atelier, que j’avais souhaité ouvrir au public, a montré tout l’intérêt de poser des questions simples mais essentielles relatives aux difficultés concrètes que rencontre un chef d’entreprise aujourd’hui. Plusieurs d’entre eux m’ont ouvert les portes de leurs entreprises. Dans tous les domaines, j’ai toujours entendu que les perspectives réelles de croissance (+2 % ces derniers mois, il y a longtemps qu’on n’avait pas vu ça !), laissant espérer une baisse du chômage, étaient contrecarrées par la difficulté à recruter… faute de candidats. Difficile à accepter dans un pays où l’on déplore encore presque 3 millions de chômeurs. J’ai souhaité poser la question, assez taboue aux dires de certains entrepreneurs : pourquoi des entreprises peinent à embaucher quand des candidats à l’emploi se désespèrent de trouver du travail ? Pour y répondre, j’ai réuni des chefs d’entreprise de ma circonscription, Pôle emploi, des organismes d’intérim, des centres de formation, notamment ceux qui privilégient la voie de l’alternance.

L’atelier s’est déroulé le mercredi 2 mai, dans ma permanence à Périgueux. Une trentaine de personnes y assistaient, parmi lesquelles des dirigeants et directeur de ressources humaines de fleurons du territoire : Beauty success, la Chantéracoise, Odetec, Fromarsac…et bien d’autres qui ont apporté l’éclairage de leurs expériences au débat. Il s’agissait pour moi de favoriser les échanges entre ceux qui jouent un rôle majeur dans la lutte contre le chômage, mais aussi de recueillir des propositions. Deux projets sont ou vont être mis au débat de l’Assemblée nationale :  Projet de loi pour la liberté de choisir son environnement professionnelet loi Pacte (Plan d’action pour la croissance et la transformation des entreprises). Il m’est particulièrement important de recueillir des informations sur mon territoire avant d’intervenir, en connaissance de cause, dans les débat de l’Assemblée.

Les intervenants : Frédéric Serveau et Christophe Riou, de la Chambre de métiers (à ma gauche), Christophe Fauvel, CCI,  et Nathalie Weber, Pôle emploi. (à ma droite). 

Pôle emploi d’adapte

Nathalie Weber, directrice territoriale de Pôle emploi, a donné les chiffres de l’emploi en Dordogne. On retiendra que si le chômage baisse dans notre département, avec encore 35 000 chômeurs en catégorie A, B, C, il ne baisse pas de la même façon sur le territoire, ou selon les classes d’âge. Ainsi, les seniors sont particulièrement concernés. Plus réjouissant, une enquête de Pôle emploi fait apparaître une augmentation sur l’année des promesses d’embauche de l’ordre de 18 %, et même de 20 % sur Périgueux et le Sarladais. « Une excellente nouvelle que ces 14700 projets de recrutements déclarés par les entreprises périgourdines. Nous nous sommes préparés pour répondre à leurs attentes : 25 de nos conseillers sont spécialisés, en lien permanent avec les entreprises de Dordogne.» Un site est dédié à la recherche d’emploi : 60 % des 20 000 demandeurs d’emploi inscrits à Pôle emploi Dordogne ont déposé leur CV sur Poleemploi.fr. Mais l’employeur a aussi son site dédié, « je recrute »qui assure une interactivité entre celui qui cherche à embaucher et celui qui cherche à travailler.

 

Depuis quelques années, le service « Maintenant »a été créé pour recruter sans CV, mais sur des critères d’expérience, de motivation, de savoir-être.  « Il est ouvert à 43 métiers, et en juin il le sera pour 60 métiers », a souligné Mme Weber. D’autres avancées à Pôle emploi ont été citées, comme l’accompagnement de la transition professionnelle ou les aides à la formation pour faciliter l’adaptation au poste de travail. Des expériences ont été menées en Dordogne sur la MRS (la méthode de recrutement par simulation a permis d’embaucher 300 personnes en Dordogne l’an dernier.) Le recrutement sur compétences comportementales donne aussi de bons résultats et un référentiel de compétences recherchées par l’entreprise a même été élaboré par Pôle emploi. Enfin ces aides « cousues main », selon Mme Weber, s’assortissent d’accompagnement à la formation, notamment au numérique, qui s’adresse à tous les secteurs d’activité.

 

Les propositions des professionnels

Les propos rassurants de Pôle emploi se heurtent avec la réalité vécue par les professionnels qui, malgré d’évidents efforts d’adaptation, sont freinés dans leur développement à cause du manque de candidatures ou de l’inadéquation de celles-ci avec le profil recherché.

« Comment en est-on arrivé là ?»,s’est inquiété Frédéric Serveau, directeur-adjoint du service économie, emploi et formation de la Chambre de métiers et de l’artisanat. Il pointe aussi bien le manque de mobilité des candidats que le souhait du recruteurde trouver des salariés opérationnels de suite.

Christophe Riou, vice-président de la Chambre de métiers et président de la Fédération française du bâtiment, indique l’inadéquation des profils des candidats proposés aux chefs d’entreprise et les exigences du recrutement dans les PME, voire TPE. « Il faut faire un travail de fond sur la qualité du recrutement car ce n’est pas le tout d’embaucher, il faut être capable de pérenniser l’emploi. » Idem, selon lui, avec les apprentis : des ponts sont à créer entre les entreprises et les CFA.

Christophe Fauvel, président de la Chambre de commerce et d’industrie (CCI)mais aussi président régional du Medef,pointe quant à lui « la part de responsabilité du chef d’entreprise dans le problème du recrutement ». Il faut, selon lui, aller chercher les compétences et de citer les conventions récemment signées par le Medef avec la Gendarmerie nationale pour réorienter les sortants vers les métiers de l’industrie. Des initiatives de ce type visent également les clubs sportifs, les bénéficiaires du RSA… L’objectif étant de « fixer les jeunes sur le département, ne pas attendre les bras croisés qu’ils partent ailleurs chercher du travail. »

Dans la salle, plusieurs personnes ont souhaité réagir, notamment pour faire des propositions ou évoquer des initiatives privées. Ainsi, Pascal Moron, de la SARL Moron Constructions basée à Beaumont-du-Périgord, estime qu’il est très important de développer le réseau routier car « il est de plus en plus difficile d’attirer des jeunes dans notre ruralité, si on ne leur permet pas de rejoindre facilement une grande ville pour les loisirs. » Jean-Baptiste Van Eslande, directeur général de l’entreprise Fromarsac-Savencia, a évoqué le dispositif inter-entreprises pour l’emploi « Resonne » destiné à faciliter l’embauche des conjoints des collaborateurs en cours de recrutement. La simplification administrative pour lever les freins à l’embauche, donner plus de visibilité aux jeunes apprentis pour connaître leurs attentes et favoriser leur intégration professionnelle… et beaucoup d’autres propositions (cf la synthèse des questionnaires complétés par dix entreprises) ont été formulées à l’attention du député. Je ne manquerai pas de m’y référer, en juin, lors des débats à l’Assemblée nationale sur la loi PACTE consacrée à la modernisation de l’entreprise.

Retrouvez les réponses des entreprises à notre questionnaire en cliquant ici.

Pendant les 2 heures de l’atelier, nous avons tenté de comprendre les raisons des difficultés du recrutement dans les entreprises de Dordogne.

Share This

Partagez

Partagez cette information !