Dimanche 27 mai, Journée nationale de la Résistance, Daniel Tournier, maire de Saint-Étienne-de-Puycorbier, a inauguré le mémorial de la Résistance, un projet qu’il mène de longue date avec la Communauté de communes Isle et Crempse en Périgord et qui a trouvé le soutien des élus locaux et de l’État.

L’ouvrage en partie découvert, construit à proximité de la mairie, se conçoit comme une promenade à ciel ouvert. Les visiteurs y trouveront des panneaux explicatifs sur cet épisode sombre de la deuxième guerre mondiale.

Le 27 juillet 1944, vingt-neuf maquisards du camp de Virolle et quatre civils tombent dans un guet-apens. Ils seront massacrés en début d’après-midi par l’occupant nazi, suite à une dénonciation, et seront enterrés à Saint-Etienne-de-Puycorbier avant d’être restitués à leur famille. Cette tragédie a longtemps marqué les esprits. Le mémorial a fleuri sur le terreau du traumatisme laissé par cette page sombre de l’histoire. Les habitants ont d’ailleurs été mis à contribution puisqu’ils ont prêté des souvenirs personnels qui seront exposés au sein du mémorial. Médailles, cartes de rationnement, objets personnels des soldats, lettres…. ont ainsi trouvé un écrin à la hauteur de leurs valeurs affective et historique.

La préfète, entourée des élus et  des figures de la Résistance, a coupé le ruban.

Devant le monument aux morts, aux côtés de mon prédécesseur Pascal Deguilhem.

Une cérémonie émouvante

 

L’inauguration du mémorial, en présence notamment de Jean-Paul Bedoin, du Conseil national de la Résistance, et de Théo Laborie, le dernier résistant de la Double, a été particulièrement émouvante. Les élus ont pris la parole pour rappeler le devoir moral qu’ils avaient envers les générations passées, tout particulièrement envers ceux qui ont donné leur vie pour la France. «Mais nous avons aussi un devoir moral envers les jeunes générations auxquelles il est impératif de transmettre les valeurs de l’engagement, du courage. Parce que, bientôt, nul ne pourra dire ‘j’ai vécu cela’, les témoignages indirects, qu’ils passent par des écrits, des films, des monuments comme celui que nous inaugurons aujourd’hui, seront d’une importance capitale contre l’oubli», ai-je pu dire dans le discours que j’ai prononcé ce jour-là. 

Cette cérémonie était riche en émotions. Madame la préfète a honoré de sa présence l’inauguration du mémorial. Un dépôt de gerbes devant le monument aux morts, en présence de l’Union musicale de Mussidan, a suivi. Un campement des résistants de la Double, animé par l’association Mémoire de nos pères, était reconstitué pour l’occasion. Le Chant des partisans et La Marseillaise ont été brillamment interprétés par le chœur PaRatge de l’association Musica au Molin de Saint-Etienne-de-Puycorbier. Il a également interprété le poème « Mas zo farai » (« mais je le ferai ») écrit en occitan spécialement pour l’inauguration du mémorial.

Le maire a fait savoir qu’il souhaitait que ce mémorial ait une fonction pédagogique, notamment auprès des scolaires. L’édifice se trouve à la croisée de chemins de randonnée qui courent sur tout le territoire de l’intercommunalité et relient différents lieux de mémoire en Dordogne. C’est une belle réussite faisant rimer transmission, culture, patrimoine et loisir nature.

Share This

Partagez

Partagez cette information !