Mardi, le Projet de Loi Finances a été adopté par les députés. Le budget met en évidence la volonté de la part du gouvernement d’actionner simultanément plusieurs leviers pour apporter une réponse au chômage de masse. Ce PLF devrait bénéficier à l’économie de la Dordogne.

Dans un premier temps, il y a la réforme de la fiscalité du capital associée à une diminution des charges qui pèsent sur les entreprises. L’objectif de la réforme est de réorienter l’épargne vers l’économie productive et le financement des entreprises. Les entreprises de Dordogne devraient pouvoir bénéficier de cette réforme pour investir davantage sans passer par l’endettement. Dans le même temps, cette politique s’accompagnera d’une réduction des charges sur les entreprises pour les inciter à embaucher. Rappelons qu’en Dordogne, le taux de chômage est supérieur au reste de la région avec 10.4%.

 

Ensuite, la suppression de la taxe d’habitation et la bascule des cotisations salariales chômage et maladie sur la Contribution sociale généralisée (CSG) devrait agir sur le pouvoir d’achat des ménages périgourdins. Pour mémoire, il faut préciser qu’en Dordogne, les revenus sont plus faibles que dans le reste du pays (le revenu médian est inférieur au niveau national). De surcroît le pouvoir d’achat pour de nombreuses familles aura des conséquences positives sur leur niveau de vie. Il faut ajouter à cela que la prime d’activité pour les salariés les plus modestes qui sera augmentée, ce qui aura des conséquences sur le pouvoir d’achat. Au total, pour être factuel, un salarié périgourdin au SMIC sur 3 ans, bénéficiera d’un 13 mois.

Avec ce projet de loi de Finance, nous essayons de créer un cercle vertueux dans lequel croissance, consommation et investissement interagissent pour relancer l’économie et permettre une diminution du chômage.

Par ailleurs, un plan d’investissement dans les compétences verra le jour pour déboucher sur des formations longues et qualifiantes. C’est un sujet important pour la Dordogne qui permettra à ces actifs de gagner en compétences pour s’adapter aux mutations. Rappelons que la meilleure protection contre le chômage reste la qualification.

Mais pour lutter contre le chômage, il est nécessaire de créer les structures pour que les entreprises puissent se développer. C’est pourquoi, le gouvernement a fait le choix de maintenir les dotations aux collectivités pour qu’elles puissent investir. De plus, pour donner de la lisibilité aux acteurs locaux, l’Etat s’est engagé à ne pas diminuer les dotations sur les 5 prochaines années. Il appartient désormais aux élus locaux de Dordogne de proposer des solutions pour développer l’attractivité du territoire. A leur côté, j’ai bien l’intention de m’employer pour agir dans ce sens.

Share This

Partagez

Partagez cette information !