Je souhaite être un élu de terrain, pragmatique et disponible pour ceux qui s’engagent et entreprennent sur notre territoire. Aussi, je répondrai favorablement, chaque fois que je le pourrai, aux sollicitations des élus et des professionnels de notre circonscription.
Le tout premier objectif de ma mandature est d’aller à la rencontre des élus. Je veux entendre, comprendre et hiérarchiser leurs problèmes du quotidien pour pouvoir mener des actions concrètes dans un deuxième temps. Je m’inscris ainsi en droite ligne du projet présidentiel, qui a été présenté lors de la Conférence des territoires, de susciter l’innovation et d’encourager la créativité en milieu rural.
Ces dernières semaines, j’ai pu rencontrer plusieurs maires et conseillers départementaux de notre circonscription. Je continuerai à le faire car je crois que c’est le meilleur moyen pour connaître leurs attentes et les freins qu’ils peuvent rencontrer pour mener à bien leurs projets de territoire.

A ce titre, je tiens à saluer les orientations prises par le gouvernement dans le projet de loi de finances pour 2018, qui vont dans le sens des attentes des collectivités territoriales.
Comme le chef de l’Etat l’a indiqué lors de la première Conférence nationale des territoires en juillet, la confiance entre l’Etat et les collectivités est essentiel pour la réussite du projet gouvernemental au  bénéfice de tous les Français. L’effort budgétaire demandé cette année par le Gouvernement sera compensé par les projets de contractualisation avec 319 collectivités : il s’agit d’un changement de méthode de travail.
La réforme de la taxe d’habitation est programmée sur trois ans, elle sera engagée dès 2018. Sa suppression prendra en fait la forme d’un dégrèvement, l’Etat se substituant aux contribuables. Cette mesure visant à donner du pouvoir d’achat à nos compatriotes n’affectera pas les finances locales, comme on l’entend trop souvent.

EN CONCLUSION :

Il est essentiel que les collectivités conservent leur pouvoir d’investissement.  L’Etat reste et restera un acteur majeur : c’est la raison pour laquelle il est prévu que les enveloppes des dotations de l’Etat soient stabilisées pour 2018.

  • La Dotation Globale de Financement est maintenue à un niveau identique à l’an passé.
  • Les dotations de solidarité urbaine et de solidarité rurale augmentent.Les fonds d’investissement (DETR et FSIL) de l’Etat demeurent exceptionnellement élevés : 1,8 milliard d’€.
  • Le Gouvernement soutient donc les territoires dans leur capacité à investir afin qu’ils poursuivent leur développement, accompagnent leur transformation au-travers, notamment, des indispensables mutations numériques et écologiques.
  • Le budget pour 2018 est un projet de transition après des années de baisses des dotations et dans l’attente des futures conclusions de la Conférence nationale des territoires qui amorceront le projet de loi de finances pour 2019.
Share This

Partagez

Partagez cette information !